SECTEUR DU DRONES 1.0 VERSUS 2.0

Le monde du drone a connu une transformation radicale depuis ces débuts. La professionnalisation de ce secteur se traduit par une multiplication des acteurs et des clients. Une évolution est donc en cours que nous tenterons de définir maintenant.

Quel modèle le secteur du drone va-t-il suivre ? la structuration du modèle passe-t-il par l'avènement de nouveau support de relation client-prestataire ?

Les prémices du secteur professionnel du drone se trouvent dans des prestations fournies par des télépilotes indépendants principalement pour des clients non récurrents. Leurs missions se présentent au coup par coup, mettant les télépilotes dans une position précaire puisque ceux-ci sont mis en concurrence directe avec d'autres télépilotes locaux. Ces prestataires de services, auto-entrepreneurs doivent de plus gérer les aspects administratifs, commerciales de leur activité, réduisant alors encore plus le temps en opération.

Face à ces problématiques, des regroupements de télépilotes se sont mis en place régionalement afin de répondre à ces problématiques organisationnelles : les regroupements permettent en plus de bénéficier d'un poids supplémentaire dans les négociations avec des clients plus importants. Des sociétés, où les pilotes sont désormais salariés, ont été créées et l'effervescence des investisseurs leur ont permis d'obtenir rapidement des fonds afin de développer et consolider leur activité. La stratégie de ces entreprises ne s'est cependant pas avérée viable à long terme, ni rentable. En effet, l'apport rapide de capitaux les ont poussées à investir sur tous les fronts avec pour objectif de croître de manière exponentielle, ils ont alors multiplié leurs domaines d'activité : prestation, vente de drone, formation, etc. Ce modèle a pour conséquence une hausse importante des charges salariales et opérationnelle, par exemple la diversification des activités nécessite l'acquisition d'un matériel spécifique ce qui entraine l'augmentation du total des immobilisations, mais aussi l'embauche d'une personne sachant manier ce matériel ce qui accroit encore plus la charge salariale. La réussite du modèle reposait sur des prévisions trop optimistes quant à l'utilisation des drones par les entreprises clientes, ces dernières dans les années 2010 n'étaient pas encore assez sensibilisés à l'utilité de ces machines : la croissance de la demande en drone qui devait soutenir ce modèle d'entreprise n'était pas au rendez-vous.

De plus, une des limites de ces structures est la rigidité de leurs mécaniques ainsi qu'un manque de visibilité pour les clients de l'évolution des missions.

Face à ces problématiques et en réponse aux limites qu'on connut ces entreprises, de nouveaux acteurs plus agiles, plus pragmatiques sont entrés dans la danse. Ces agents basent leur activité sur l'existant, c'est-à-dire la présence en France d'un grand nombre de télépilotes indépendants, de petites structures qui ont du mal à atteindre des gros comptes. Ces entreprises, dont IVA Drones fait partie, basent leur stratégie sur la création d'un réseau national, l'utilisation de méthodes disruptives à l'échelle nationale voire internationale mais aussi une prise en compte des besoins réelles du client en le mettant au cœur du processus. Cette philosophie permet d'établir des ponts avec les industriels qui possèdent eux des procédures internes à respecter : l'agilité de ces nouveaux acteurs leur permet de s'adapter à ces contraintes. Ces structures atteignent plus facilement le stade de la rentabilité par une part plus faible des actifs immobilisés, la recherche d'une relation pérenne avec leur client via des process uniformisés selon leurs propres exigences ce qui permet de créer une relation à long terme avec leur client en proposant des solutions uniformes à leurs besoins récurrents.

D'autres acteurs comme UAVIA, tout aussi agile et évoluant dans le secteur de la sécurité ont trouvé un positionnement unique, proposant le déploiement de drone pouvant être piloté de n'importe où, idéal pour réduire les coûts d'intervention et ainsi proposer une offre de sécurisation de sites sensible viable sur le long terme.

Un indicateur et non des moindre que le couple réseau de télé-pilote/application booking fonctionne et semble être la bonne voie, Drone Base, le IVA Drones américain vient de boucler une levée de 18 millions d'euros et qui compte DJI comme l'un de ces investisseurs, preuve, s'il en fallait une, que ce modèle séduit aujourd'hui plus que jamais.

L'évolution du monde du drone est rapide, des acteurs apparaissent tandis que d'autres disparaissent, des structures se forment afin de répondre aux besoins grandissants des industriels. Cependant seuls certains modèles restent viables car ils mettent le client au cœur de leur activité. 


By J.C Hoang et Grégoire Saint-Cast